Une singulière aventure éditoriale belge…

Dans le cadre des coups de cœur de la bibliothèque de Saint-Josse, nous avons eu le plaisir d’accueillir Jacques Hellemans, auteur du livre Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec paru en 2019. Modéré par notre collègue Rony Demaeseneer, ce dialogue a permis de mettre en lumière une histoire éditoriale belge tout à fait singulière : https://www.facebook.com/watch/?v=166733648615467 https://www.facebook.com/Bib.Josse

Préfacé par Henri Vernes, qui vient de fêter ses 102 ans, le livre de Jacques Hellemans retrace l’aventure des éditions Marabout lancées dès 1949 par le verviétois André Gérard. Une aventure éditoriale qui est entre autres à l’origine de la naissance du livre de poche, quatre ans avant que ne soit créée la célèbre collection française. L’ouvrage, richement illustré, montre également l’importance qu’a pu jouer l’œuvre d’Henri Vernes dans la diffusion de Marabout à travers le monde littéraire francophone et son exceptionnelle réception au Québec.

Une rencontre passionnante avec Jacques Hellemans, bibliothécaire, chargé de recherches pour les bibliothèques de l’ULB et fin connaisseur du monde de l’édition belge au XIXè siècle.

Jacques Hellemans, Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec, Québec, Septentrion, 2019, 197 p., ISBN 978-2-89791-061-7

Sur les sentiers de soi

À vivre depuis quelques mois comme des reclus, on en viendrait presque à perdre le nord et dès lors, la notion du voyage. Étourdis, désorientés, nous n’avons, comme seul horizon, que celui de la chambre autour de laquelle nous bombinons. Dans cette attente de nouveaux départs, la lecture du volume-anthologie d’Alain Dantinne ravive l’espoir. Celui non seulement d’envisager reprendre la route, entonner une fois encore le chant des pistes mais plus essentiel peut-être, celui de pouvoir choisir son exil intérieur. Et c’est justement par ce titre que débute la déambulation dans l’œuvre du poète-voyageur Dantinne.

Toute la tension qui anime l’écriture de l’auteur est là, présente dès ce premier recueil[1], dans le titre même du premier poème sobrement intitulé Voyage.

Je suis parti

Pour me retrouver

Seul

N’avoir personne

Venant m’avouer

Je ne sais quoi qui sente l’autre

Seul sur les sentes, sur les sentiers ! Mais très vite, l’écriture s’emballe comme emportée, prise par un courant continu à la recherche d’un autre, croisé sur un quai de gare, dans un bar de Copenhague, au détour d’une ruelle d’Istanbul. Le poète se veut seul face à l’immensité que suggère le départ. Une solitude qui ne se dirait pas, se passerait des mots s’il n’y avait la glaise de ces visages dérobés, plus présents peut-être que les paysages qui défilent, et qui forment le matériau du voyage. Ceux-là qui obligent en quelque sorte le voyageur à devenir poète.

La racine est enfouie

Profondément

Au plus intime du voyageur

Elle transmet la vie

Sève adolescente

La légende amitié

Me poursuit

Istanbul


Autre décor, autre tension entre ce que le poète voit et ce que le voyageur ressent. L’ancrage dans le réel est en quelque sorte intimement lié à la surdité des mots. Dès lors, se pose la question de la place que l’on va leur accorder. Comment ne pas les usurper ?

mon silence impuissance

         à voguer dans l’écriture

         à trouver ma violence

demain vague où je crierai

je déchirerai

         ces textes

Si la langue de Dantinne s’immisce parfois dans les replis de la nostalgie, celle-ci est avant tout à chercher dans l’innocence de l’enfance, un émerveillement, un dépaysement, un espace inviolé que délimiteraient les toponymes lus dans les atlas. Les noms des villes et des fleuves piégés, enfermés quelque part dans l’adolescence et que l’on confronte au réel, à l’âge où l’adulte sait enfin qu’il sera toujours un peu déçu.

Le mot surgit

je l’écris

et voilà que je découvre sons sens intime

pierres et briques s’empilent

un jour de l’an dix mille

s’élèvera

l’immense temple

de mon adolescence

Encore cette immensité des lieux visités, des corps aimés et des souvenirs oubliés d’une enfance que l’on jette en pâture. Et pour à nouveau s’en sortir, pour une nouvelle fois couper l’amarre, user encore, malgré tout, de la crudité, de la violence des mots, pour ne pas s’enliser, pour reprendre la cadence qu’impose la route par tous les temps.

La page où la parole s’ellipse

Et s’envole lentement dans le silence

L’intervalle laissé par l’oiseau de passage

Une colère égorgée toute ma violence

Le plaisir inceste qui raccourcit mon texte

Et s’arrête en coulisse au mot désespoir

Le plaisir inceste qui raccourcit mon texte

Et s’arrête au mot…

Il faut lire Dantinne lentement ! Comme pour freiner le rythme imposé par la force des images et que complètent à merveille les peintures de Jean Morette qui sont autant d’escales dans la traversée rageuse du capitaine Dantinne. L’écriture alors se dévoile, fiévreuse, hargneuse, dense et puissante, irriguant de son sang ce jus pisseux d’outremer.

Alain DANTINNE, Amour quelque part le nom d’un fleuve, Jean Morette (ill.), Billère, L’herbe qui tremble, 2020, 271 p., ISBN 978-2-491462-00-0, 17€

                                                                                                                      Rony Demaeseneer

[1] L’exil intérieur, H.C. 1979, réédité par L’Arbre à Paroles en 2005

Bib Josse rouvre ses portes sur rendez-vous !!

Les bibliothèques rouvrent leurs portes sur rendez-vous à partir du 1er mars !!

Bib Josse et Bib Joske ont le plaisir immense de vous accueillir à nouveau…

Nous le ferons en toute sécurité, pour un temps limité de 30 minutes par bulle familiale. N’hésitez pas à nous contacter. À vos agendas !

Au plaisir (tant attendu…) de vous revoir !

Ps. : le service de take away reste toujours actif : contactez-nous aussi pour des livres à emporter.

Nouvelles acquisitions (pour le take away)

Continuez à profiter du service « take away » par téléphone ou par mail!

Nous profitons pour vous rappeler que malgré les portes fermées, nous sommes… « ouverts »😉! C’est à dire que nous travaillons à l’intérieur et que nous attendons aussi avec impatience vos demandes de livres. Nous pouvons préparer (pour les enfants et pourquoi pas pour les adultes aussi) des colis-surprise pleins de livres (des magnifiques nouveautés vous attendent !). Appelez-nous, écrivez-nous! Et vous pourrez passer les retirer à la porte le jour même, voir quelques minutes après la demande.

Vous pouvez aussi vérifier la disponibilités des livres via notre CATALOGUE ! Cliquez…

Au plaisir de vous revoir
L’équipe (en pleine forme 😎 et à votre disposition!) de Bib Josse

Romans et bandes dessinées

Documentaires

Cliquez sur les images pour agrandir

Fermeture prolongée jusqu’au 1er mars 2021

Bonjour à toutes et à tous

La fermeture de Bib Josse a été prolongée jusqu’au 1er mars 2021.

Continuez à profiter du service « take away » par téléphone ou par mail : commandez, demandez-nous des conseils lecture ou des « colis surprise » pour les enfants. Dix minutes après vous pourrez passer les chercher à la porte. Sonnez! Nous sommes à l’intérieur.

Restons en contact…

Nouvelles acquisitions (pour le take away) et… meilleurs vœux!

Chères lectrices, chers lecteurs

Les services de Bib Josse seront suspendus du 24 au 26 décembre 2020 inclus et du 31 décembre au 2 janvier 2021 inclus. Nous restons fermés au public au moins jusqu’au 4 janvier, dans l’attente de nouvelles directives, mais nous sommes toujours à votre disposition.

Quelques infos pratiques :

– Vos emprunts ont été prolongés automatiquement mais si vous voulez ramener vos livres la boîte aux lettres reste accessible

– Si vous souhaitez continuer à emprunter des livres, c’est possible via le take-away (sauf dans les dates des vacances citées), contactez-nous! Nous pouvons aussi vous conseiller ou proposer des colis surprises si vous êtes à court d’idées

– Nos lectures en ligne sur facebook continuent pendant les vacances, restez connectés!

L’équipe de Bib Josse vous souhaite de joyeuses fêtes.

Nous espérons vous revoir le plus tôt possible à la Bibliothèque ! Prenez soin de vous et des autres.

Romans et bandes dessinées

Documentaires

Cliquez sur les images pour agrandir

« L’amour dans tous les genres »

Bonjour à toutes et à tous

Ce que nous aimerions mettre à l’honneur aujourd’hui, ce n’est pas un livre ou une maison d’édition mais plutôt des contenus audiovisuels.

Depuis quelques jours la RTBF a lancé sur Auvio une toute nouvelle plateforme gratuite de vidéo à la demande : COLORS (https://www.rtbf.be/auvio/categorie/colors?id=149).

Pourquoi Colors ? C’est une référence aux couleurs du drapeau arc-en-ciel, qui représentent les LGBTQI+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Trans, Queers, Intersexes, et tous les autres).

Et pourquoi voulons-nous mettre à l’honneur cette initiative en particulier qui est apparemment l’une parmi (heureusement) tant d’autres? Tout simplement parce qu’en plus d’être complémentaire à notre fonds spécialisé « BTGE – Bibliothèque en tous genres », il s’agit surtout d’un projet issu d’un service public (comme le nôtre d’ailleurs), ce qui apporte de la valeur ajoutée à ce genre d’initiative.

N’hésitez pas à y jeter un coup d’œil :  des films, des documentaires, des œuvres primées, des podcasts et d’autres contenus originaux dans un catalogue gratuit, évolutif et passionnant qui racontent « la vie en couleurs et l’amour dans tous les genres ».

Bonne écoute et bon visionnage !

Livres numériques

Bonjour à toutes et à tous

Nous espérons que vous vous portez bien.

Ce message juste pour relancer notre service gratuit de livres numériques pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas : Lirtuel.

Si vous en avez besoin, voici un TUTORIEL pour l’utilisation de Lirtuel.
Si par contre lire sur un écran… c’est pas pour vous, ou si vous voulez lire aussi « à l’ancienne »… continuez à profiter de notre service  » TAKE-AWAY « .

Prenez soin de vous et restons en contact!

À bientôt

L’équipe de Bib Josse

Deux coups de cœur bruxellois…

Malgré les nouvelles mesures sanitaires qui touchent de près la bibliothèque de Saint-Josse, l’équipe des bibliothécaires poursuit, en interne, le réaménagement progressif des locaux afin de pouvoir vous accueillir au mieux dès que possible.

De même, en attendant avec impatience le moment de pouvoir rouvrir les portes, nous continuons d’engranger pour vous quelques belles et récentes pépites littéraires à découvrir prochainement…

Parmi celles-ci, deux, en particulier, ont retenu notre attention. Deux coups de cœur d’auteurs bruxellois que nous souhaitions mettre en avant.

Avec Le fil des traversées, Anna Ayanoglou signe un premier récit poétique, épuré mais dense, qui nous entraîne vers les pays de la Baltique. Outre le fait que ce premier livre est publié chez Gallimard, ce qui est déjà une belle performance, l’auteure parvient à rendre avec peu de mots l’atmosphère fantomatique de ces pays écorchés, Estonie, Lituanie où elle a vécu et enseigné le français. Des villes qui sont autant de vestiges d’une guerre aussi froide que le climat de la région, là-bas tout au nord de l’Europe. Une belle surprise que ce livre d’Anna Ayanoglou,  née à Paris et qui a posé  ses valises à Bruxelles où elle anime entre autres une émission radio consacrée à la poésie internationale. Pour vous donner une idée, pour voyager un peu en ces temps incertains…

C’était peut-être simplement l’explosion de mai / l’impression de recouvrer la vue, mais ce soir-là / dans les rues de Vilnius noyées sous le feuillage / les époques perlaient de partout, ce qui était resté / toutes les âmes, toutes les vies à plusieurs fonds. 

Né à Liège, Rossano Rosi est, depuis plusieurs années, directeur dans l’enseignement secondaire à Bruxelles. Licencié en philologie classique et romane, l’auteur n’est pas un novice. Avec sept romans et trois recueils de poésie, il a su s’imposer comme une des voix importantes de la littérature belge contemporaine même s’il reste discret et peu médiatisé. Rosi poursuit ainsi une œuvre toute en nuance, balançant entre mélancolie et humour. Ancrés dans le réel, les histoires que distille Rosi bifurquent en général très vite vers l’étrange ou du moins vers une réalité chargée de correspondances qui se télescopent de manière parfois incongrue. Un basculement vers l’absurde que Rosi, en fin connaisseur de Queneau, entretient et avec lequel il joue constamment.

Avec ce dernier livre, Le Pub d’Enfield Road,  paru chez l’éditeur bruxellois Les Impressions nouvelles auquel il reste fidèle, l’auteur nous emmène en Angleterre, dans la banlieue londonienne, sur les traces d’un professeur de lycée proche de la retraite. Raymond Raymont – un nom comme un clin d’œil à Queneau mais aussi aux Dupont d’Hergé, deux initiales R. R. qui sont peut-être d’ailleurs aussi celles de l’auteur lui-même –  accompagne ses étudiants lors d’un voyage scolaire à Londres. La traversée de la ville sera l’occasion pour lui de ranimer les souvenirs d’un précédent voyage dans la capitale, quarante ans auparavant, en compagnie notamment de celle qui deviendra sa femme. Mais très vite, des coïncidences quasi improbables vont réunir présent et passé. Un récit d’une grande exigence littéraire, plein de références jubilatoires qui font immédiatement penser aux films de Jacques Tati. La force de l’écriture de Rossano Rosi réside sans doute là, dans ce mélange d’ironie, de nostalgie et de désinvolture qui sont autant d’ingrédients du monde tel qu’il tourne … c’est-à-dire souvent mal !

Le grand départ avait eu lieu près de vingt-quatre heures auparavant, dans la nuit d’une mi-janvier blafarde et glaciale. Tous criaient, pleins d’excitation ; tous hurlaient leur joie de partir ; tous montaient dans l’autocar en faisant mine de se bousculer sauvagement ; tous se mirent à chanter en chœur des airs, des rythmes ignorés – tout féru de musique qu’il avait été au cours de sa vie – de Raymond Raymont. Et lorsque après avoir passé le barrage douanier de Calais et oublié les silhouettes en guenilles de ces Peaux-Rouges d’un nouveau style alignées le long des crêtes des talus surplombant l’autoroute, il s’était finalement trouvé un coin tranquille à bord du bateau, loin des agglutinements de jeunes… 

Anna Ayanoglou, Le fil des traversées, Paris, Gallimard, 2019, 97 p., ISBN 978-2-07-284427-0

Rossano Rosi, Le Pub d’Enfield Road, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2020, 180 p., ISBN 978-2-87449-763-6

Fermeture…

Bonjour à toutes et à tous

Nous sommes au regret de vous informer que, suite à l’évolution de la situation sanitaire, Bib Josse doit fermer à nouveau ses portes.

Tout service, projet, activité, ou partenariat doit donc être malheureusement suspendu au moins pendant 1 mois et jusqu’à « nouvel ordre ».

Un service de « take away » sera mis en place à partir de demain 29 septembre, sur rendez-vous (bibliotheque@sjtn.brussels / 02 218 82 42) et pendant les heures habituelles de la Bibliothèques.

Vous pourrez continuer à profiter de nos lectures en ligne pour les enfants sur notre page Facebook. Restons connecté.e.s!

Dans l’espoir de vous revoir au plus vite!

L’équipe de Bib Josse

Fermeture exceptionnelle

Nous sommes au regret de vous annoncer que Bib Josse sera exceptionnellement fermée jusqu’au dimanche 16 aout inclus.

Les livres à retourner peuvent être déposés dans la boîte aux lettres et les dates des retours seront automatiquement prolongées.

Bib Joske, la Bibliothèque néerlandophone, reste accessible.

Merci de votre compréhension et au plaisir de vous revoir le plus tôt possible.
Cordialement

L’été de Bib Josse

Chers lecteurs, chères lectrices,

L’été est finalement arrivé. Et après cette longue période de confinement, un peu d’animation (en toute sécurité) est la bienvenue ! Voilà pourquoi nous voulons proposer aux enfants des nouvelles activités en juillet et en août :

Tout d’abord, nous voulons remettre en place nos bons instants lectures des samedis ! Ils reprennent donc joyeusement dès cette semaine et nous espérons vous revoir nombreux ! Mais pas trop quand même ! Cette activité, comme toutes les autres, sera limitée à 6 enfants ! Sécurité oblige …

Ensuite, nous vous avons concocté de nouvelles activités spéciales été ! Ce seront 4 dates à ne pas manquer ! Elles prendront place le mercredi, afin de joliment occuper votre soirée ! Cette fois, les inscriptions sont obligatoires et toujours gratuites !

Enfin, nous vous annonçons ici que nous serons présents dans les rues aux côtés de nos amis de GC Ten Noey et Bib Joske, aux dates suivantes : le 11 juillet, le 1er août et le 29 août ! Bib Joske ainsi que Ten Noey y seront présents tous les samedis ! Nous vous invitons à rester connectés sur leurs réseaux aussi!

Et voilà ! Nous espérons que ce petit programme vous plaira ! Restez connectés sur notre Facebook et sur notre Instagram pour les dernières nouvelles.

A tout bientôt ! Et bonnes vacances …

Ps.: Nous serons toujours ouverts aux heures habituelles cet été, excepté les 20 et 21 juillet ainsi que le 15 août.