La littérature de père en fille… et bien au-delà

Fille de Jean-Claude Pirotte qui nous a quittés il y a quelques années et qui, sans doute, était l’une des plus grandes plumes de la littérature belge, Emmanuelle Pirotte, historienne de formation, a réussi, en quatre livres, à imposer une écriture personnelle et maîtrisée. Son premier ouvrage, Today we live, publié en 2015, donnait déjà le ton.

D’emblée, la critique lui reconnaît un style original, percutant. Pour preuves, le livre reçoit plusieurs prix dont celui des lycéens et est immédiatement traduit en quinze langues. Avec ce premier livre, l’auteure nous entraîne dans les dernières années de la guerre. L’offensive des Ardennes bat son plein, dernier baroud d’une armée allemande en déroute. Nous suivons la destinée de Renée, enfant juive de 8 ans, qui échappe de peu à une exécution grâce au sursaut d’humanité d’un soldat allemand. Mais Mathias est-il vraiment celui qu’on croit, le sauveur ? Outre le rendu précis des faits historiques, l’auteure excelle sans doute dans les descriptions psychologiques fines et complexes qui rendent compte des zones grises que chaque personnage porte en lui. Ce qui nous frappe également, c’est assurément la cadence soutenue avec laquelle Emmannuelle Pirotte avance dans le récit en distillant avec beaucoup d’ingéniosité souvenirs, impressions et retours en arrière . Un style cinématographique haletant qui n’est pas sans rappeler l’écriture scénaristique qu’elle pratique par ailleurs.

Un succès d’entrée de jeu donc pour cette namuroise qui va nous surprendre avec la publication des trois autres livres. Si la force d’un auteur, en particulier un romancier, est peut être de pouvoir se renouveler, alors Emmanuelle Pirotte est très certainement à placer en tête de liste.

Un second livre en 2016, dans la foulée, De Profundis, (on remarquera le choix d’un titre en latin succédant à celui en anglais), assez différent mais de circonstance puisqu’il s’agit ici d’un roman d’anticipation qui nous projette dans un monde post-apocalyptique touché par un virus destructeur. On suit cette fois le destin de Roxanne qui doit survivre dans une Bruxelles ravagée. Un roman puissant, dérangeant et en quelque sorte anticipatoire qui résonne tout particulièrement aujourd’hui en ces moments troublés. Suivront encore deux livres aux tons très différents même si tous deux sont ancrés dans l’Histoire, Loup et les hommes, récit-fleuve plus ambitieux de 600 pages qui plonge son intrigue dans la cour du roi de France du XVIIe siècle ainsi qu’un roman plus intimiste et très charnel sur fond historique à nouveau, D’innombrables soleils paru en 2019, se déroulant cette fois dans l’Angleterre du XVIe siècle.

On le constate, la palette d’Emmanuelle Pirotte est large, diversifiée mais à chaque fois pleinement maîtrisée. Une auteure de chez nous qui nous surprend à chaque nouvelle publication et dont on attend dès lors avec impatience les prochains opus. Une auteure à suivre et qui mérite pleinement sa place dans nos listes de lecture…A découvrir si ce n’est déjà fait.

R. Demaeseneer

Bibliographie d’Emmanuelle Pirotte

Today we live, Paris, Le Cherche Midi, 2015, 237 p.

De profundis, Paris, Le Cherche Midi, 2016, 285 p. (disponible en livre de poche ou sur le site http://www.lirtuel.be )

Loup et les hommes, Paris, Le Cherche Midi, 2018, 603 p.

D’innombrables soleils, Paris, Le Cherche Midi, 2019, 240 p.

La dernière parade de Jacques De Decker

Cette semaine décidément n’aura pas épargné la littérature. La nôtre, tant au nord qu’au sud du pays, est en deuil depuis l’annonce du décès de notre second grand Jacques. Jacques De Decker a rejoint ses maîtres. Inlassable arpenteur des confins de la littérature, critique lucide d’une incroyable érudition, romancier, dramaturge, il était, pour nous tous qui nous piquons de littérature, le témoin d’une vie passée à naviguer sur toutes les mers littéraires. La bibliothèque de Saint-Josse-ten-Noode ne pouvait oublier le fabuleux cadeau qu’il nous fit, il y a un peu plus d’un an lors de son dernier déménagement, en nous faisant don d’une partie de sa bibliothèque de théâtre. Il se souvenait en effet de ses débuts dans le monde théâtral et de l’exceptionnelle destinée du théâtre de L’esprit frappeur qui est né à deux pas de la bibliothèque, rue Josaphat. Il le signalait d’ailleurs dans sa préface au récit de cette aventure : « l’éclosion du Théâtre de l’Esprit Frappeur est d’une importance première: c’est là que fut mis à feu ce qui deviendrait le jeune théâtre belge dont les déclinaisons se succéderaient jusqu’en l’an 2000 ». Mille livres environ qui rejoindront donc les collections de la bibliothèque et que nous ne manquerons pas de mettre en valeur dès que possible, en sa mémoire. Toujours à l’écoute des initiatives mettant à l’honneur la littérature, toujours sincère et disponible malgré son agenda débordant, nous avions tissé avec lui une certaine complicité depuis plusieurs années. On se souviendra peut-être de cette merveilleuse soirée ici à la bibliothèque autour de la figure trop oubliée de Raymond Ceuppens, prix Rossel 1982 pour son roman L’été pourri. Jacques ne manquait jamais une occasion de parler des auteurs, des écrivains qu’il avait étudiés, lus ou connus et dont il saluait le travail avec cet enthousiasme des premières lectures. Avec l’humilité qui le caractérisait, sans doute ne parlait-il pas assez de sa propre production de romancier, d’essayiste, de biographe mais en parlant si bien des autres, il nous donnait les clefs pour mieux saisir les enjeux du créateur qu’il était aussi. La période troublée que nous vivons est peut-être le moment de se replonger dans cette œuvre variée et protéiforme (https://www.jacquesdedecker.com/).

Plus personnellement, je me souviens de plusieurs soirées passées en sa compagnie au moment de reprendre sur les rayonnages de ma bibliothèque quelques-uns de ses livres qu’il me dédicaça. La dernière en date, en 2018, lors d’un dîner littéraire que j’animais à la Maison de la Francité autour de son parcours de critique et d’auteur. Un moment inoubliable qui rend compte certainement de l’extrême acuité du lecteur qu’il était et que l’on peut revoir en ligne :  https://www.francite.tv/?s=0000&v=2

La littérature belge est en deuil, son meilleur défenseur s’en est allé. Pour le remercier de cet engagement d’une vie, quoi de mieux que de cultiver notre curiosité en nous tournant plus que jamais vers les nouveaux confins de notre littérature.

Salut Jacques et merci !

Rony Demaeseneer

 

In memoriam : Luis Sepúlveda

L’écrivain chilien Luis Sépulveda est mort aujourd’hui à 70 ans en Espagne.

Dans ces jours, à la Bibliothèque, nous ne pourrons pas vous proposer ou mettre en avant ses livres. Donc ici juste un hommage pour cet écrivain engagé, profondément humaniste et écologiste, dont l’œuvre était marquée par l’expérience de l’exil et ses combats pour les droits de l’Homme.

Parmi ses œuvres, aux Éditions Métailié : « Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler », « Le Vieux qui lisait des romans d’amour« , « Le Monde du bout du monde« , « Histoire d’une baleine blanche » …

https://www.livreshebdo.fr/article/lecrivain-chilien-luis-sepulveda-succombe-au-coronavirus

https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2020/04/16/atteint-du-covid-19-l-ecrivain-chilien-luis-sepulveda-est-mort_6036787_3382.html

https://www.babelio.com/auteur/Luis-Sepulveda/2141

Des pistes de lecture pour partager nos confins…

En cette période particulièrement troublée, chacun à sa manière tente de réinventer non seulement son quotidien mais aussi les façons d’appréhender son travail. Les bibliothécaires n’y dérogent pas ! En marge des tâches administratives, de rangement, de classement, d’encodage qui leur incombent, il suffit de se balader un peu sur la toile pour se rendre compte des nombreuses et belles initiatives que chaque bibliothèque propose pour amener la lecture au cœur des confins.

En temps normal, ces différentes tâches ne laissent que peu de place à la lecture-plaisir, personnelle, solitaire, méditative. Pour le bibliothécaire, ces moments précieux de lecture constituent donc un pan de ce que désormais on appelle le « télétravail ». Une fois l’orage passé, ces lectures porteront leurs fruits puisqu’elles permettront aux bibliothécaires de mieux conseiller et aiguiller les lecteurs curieux vers de nouvelles contrées, libres qu’ils seront de les arpenter ou non.

La bibliothèque de Saint-Josse-ten-Noode vous tiendra donc au courant de ces pépites d’auteurs belges à découvrir au fil de vos déambulations numériques. Une façon aussi, chers lecteurs, de vous donner de nos nouvelles en attendant de vous revoir prochainement au détour de nos rayons…

Aujourd’hui :

Lorsque l’on apprécie particulièrement l’univers d’un auteur, on est impatient et curieux à l’idée de découvrir son dernier opus. En même temps, on repousse la lecture de peur de le dévorer trop vite ou de devoir attendre la sortie du prochain. Personnellement, Nicolas Marchal, originaire de Namur, fait partie de ceux-là, écrivains qui vous surprennent toujours. Chaque livre vient peaufiner un univers personnel où les surprises narratives voisinent avec la jubilation dans l’écriture. Après Le Grand Cerf publié en 2016 chez le même éditeur, dans la collection Plumes du coq, Les faux Simenon confirme le talent de l’auteur. On retrouve avec beaucoup de plaisir les thèmes chers à Nicolas Marchal. La dilection notamment qui est la sienne pour le livre et l’univers des bibliothèques, pour les figures de libraires, de collectionneurs et de bibliothécaires. Une passion « bibliothéconomique »  certes mais dont il joue avec malice, inventant par exemple une liste d’ouvrages  improbables, quête initiatique pour Serge Floyon, étudiant en lettres vivant au milieu des livres. Pour le jeune homme, l’amour est un leurre, seuls comptent la connaissance et la recherche livresques. Jusqu’au jour où débarque à Liège la belle Pilar, étudiante d’origine portugaise passionnée par Simenon. Et puis, il y a aussi Jean-Luc, clochard céleste qui fume la pipe sur un banc au pied de la montagne de Bueren et qui ressemble étrangement à Simenon.

« On n’a pas tous rencontré le Diable. Pour certains, c’est un billet de mille francs qui s’échappe d’un porte-monnaie de vieille dame et qui tombe à nos pieds alors que la vieille dame n’a rien vu. Pour d’autres, c’est une somptueuse voisine de table qui glisse sa main fine sur votre cuisse tandis qu’elle bavarde avec son époux. Pour d’autres encore, c’est ramasser un clou sur le trottoir, juste à côté de l’orgueilleuse voiture de sport qui s’est garée sur votre emplacement de parking. Combien peuvent dire qu’ils ont rendu le billet, giflé l’impudente, jeté le clou au loin en s’abstenant de rayer discrètement la carrosserie d’un petit trait rageur ?

Serge vient de rencontrer son Diable à lui : un livre inconnu écrit par un auteur oublié… »

Chez Nicolas Marchal, tout est affaire de faux-semblant, il n’est jamais là où on l’attend et c’est ce qui nous plaît. Une succession de chausse-trappes qui embarquent le lecteur dans des aventures rocambolesques. Un roman labyrinthique, une écriture pleine d’humour, de jeu et teintée de poésie. P. G. Wodehouse qui s’inviterait dans un livre de Jorge Luis Borges. L’écriture comme jeu de piste, très cinématographique aussi qui se déploie, se déplie lorsqu’il décrit par exemple un cataclysme ou une course-poursuite à travers les galeries souterraines de Liège.

L’ironie de Nicolas Marchal fait du bien, elle souffle un vent de légèreté et d’érudition jubilatoire et se gausse avec intelligence des poncifs littéraires. C’est réussi, c’est palpitant ! Vite le prochain western du Marchal !

Nicolas MARCHAL, Les faux Simenon, Neufchâteau, Weyrich, (coll. Plumes du Coq), 2019, 235 p., ISBN 978-2-87489-558-6, 15€

A découvrir sur le site de l’éditeur : www.weyrich-edition.be

Rony Demaeseneer

Bibliothécaire

 

Une « Bibliothèque en tous genres » : des livres et des projets pour lutter contre les inégalités et les discriminations

Nous vous proposons de découvrir, dans ces moments de fermeture de la Bibliothèque, certaines de nos ressources et certains de nos services que toute le monde ne connaît pas forcement. Aujourd’hui nous commençons avec un de nos fonds spécialisés qui est désormais notre « marque de fabrique ». Bonne découverte !

Inauguré en 2009 avec l’appui du Service Égalité des Chances de la Commune de Saint-Josse, le fonds « BTGE : Bibliothèque en tous genres » est une collection, riche de plus d’un millier d’ouvrages, abordant principalement les questions liées au genre mais également à la lutte contre toute forme de discrimination. Bib Josse, pionnière dans cette démarche en Région de Bruxelles-Capitale, vous propose ce fonds, représenté tant dans la section adultes que dans la section jeunesse à travers des documentaires et des fictions identifiables par une pastille blanche sur le dos.

Dans un souci de sensibilisation et de promotion d’idées égalitaires, la politique d’acquisition de la bibliothèque écarte autant que possible les ouvrages véhiculant des stéréotypes et privilégie tout-e autrice, auteur ou maison d’édition qui s’engage dans leur déconstruction. L’objectif est de lutter contre les discriminations en promouvant le droit à la différence.

La bibliothèque fait connaître ce fonds lors d’expositions, colloques, débats et heures du conte, en collaboration avec d’autres associations et institutions impliquées dans ces thématiques.

En section jeunesse

Malgré une avancée notable vers l’égalité, la littérature jeunesse véhicule encore trop souvent des représentations stéréotypées du masculin et du féminin dont il est important de s’émanciper. C’est un enjeu d’autant plus grand en section jeunesse que  «  ces représentations, qui permettent aux enfants d’accroître leur expérience de vie sans prendre appui sur un vécu, ne sont pas anodines, car elles sont distillées dans un contexte de confiance et de légitimation, au sein de la famille ou à l’école » . Ces représentations peuvent avoir un impact durable, notamment sur l’idée que filles et garçons se font des rôles sociaux, déjà influencés par la socialisation différenciée selon le genre .

En évitant de véhiculer ces représentations et en donnant accès à des ouvrages qui déconstruisent les stéréotypes, Bib Josse veut élargir le champ des possibles des enfants, indépendamment de leur sexe. Dans ce but, le catalogue de Bib Josse rassemble des ouvrages qui offrent une grande diversité de modèles afin de questionner les représentations du masculin et du féminin dans les récits.

En section jeunesse, la bibliothèque a fait le choix d’« éparpiller » les ouvrages  du fonds « BTGE : Bibliothèque en tous genres » afin d’éviter une stigmatisation de ces livres. Pour les lecteurs et les lectrices, le choix se fait donc spontanément et naturellement. Ils sont néanmoins reconnaissables grâce à une pastille blanche sur le dos. Cela permet aux bibliothécaires et aux bénéficiaires intéressé.e.s de repérer les ouvrages de ce fonds.

Nous utilisons prioritairement ces livres lors des animations récurrentes telles les « Heures du conte », les visites des classes, les activités avec les associations, ou les lectures en langues des signes en collaboration avec la Maison des Sourds.

À titre d’exemple, une petite sélection :

 

En section adultes

Les bibliothèques publiques ont pour mission principale la promotion du livre et de la lecture sous toutes ses formes. Elles doivent favoriser l’accès aux savoirs et aux cultures et faciliter la participation à la vie culturelle, le tout dans une perspective d’éducation permanente et d’émancipation sociale. C’est dans ce contexte que le fonds « BTGE : Bibliothèque en tous genres » prend tout son sens.

Les documentaires présentés en section adultes ont pour but de renseigner les lectrices et les lecteurs sur la réalité de la société qui leur impose ses schémas. Le fonds est destiné tant aux femmes qu’aux hommes, également victimes des préjugés sexistes. « Nous devons libérer la moitié de la race humaine, les femmes, afin qu’elles puissent nous aider à libérer l’autre moitié » (Emmeline Pankhust).

La sélection « BTGE » aborde des sujets aussi divers que l’histoire des femmes et du féminisme, la sexualité, les mariages forcés, les violences conjugales, la monoparentalité, l’homosexualité, la transidentité, mais également le racisme, la multiculturalité, la mixité sociale, les discriminations, les handicaps, etc.

Au contraire de la section jeunesse, les documentaires « BTGE » de la section adulte sont rassemblés et mis en évidence. Les ouvrages de fiction sont quant à eux, dispersés au sein des collections et reconnaissables par la même pastille blanche.

À titre d’exemple, une petite sélection :

 

Bonne découverte (dès que nous rouvrirons nos portes…) de notre sélection !

Et vu qu’on ne vous laisse pas sans des ressources supplémentaires… voici une sélection de podcasts (merci aussi à Emmanuelle…) et de quelque site de référence autour des questions de genre :

Podcasts

https://www.arteradio.com/emission/un_podcast_soi

http://www.nouvellesecoutes.fr/la-poudre/

https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-decalee-de-giulia-fois

https://www.binge.audio/category/les-couilles-sur-la-table/

https://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/detail_tendances-premiere/accueil/article_podcast-dis-moi-oui-la-parole-liberee?id=10379053&programId=11090

http://www.nova.fr/radionova/podcast-dans-le-genre

https://www.generationxx.fr/

http://www.nouvellesecoutes.fr/quoi-de-meuf/

https://player.fm/series/noir-sur-table

https://www.binge.audio/category/kiffetarace/

Websites

https://www.lire-et-ecrire.be/Questions-de-genre

https://www.lire-et-ecrire.be/Questions-de-genre

https://fr.unesco.org/themes/education-egalite-genres/ressources

https://eige.europa.eu/

https://igvm-iefh.belgium.be/fr

https://www.coe.int/fr/web/european-youth-foundation/resources-on-gender

Des idées et des ressources (ou pas…) : à vous de choisir

Bonjour à toutes et à tous (un bonjour par la fenêtre de n/votre bibliothèque…)


Dans cette période de confinement, nous sommes inondés de communications numériques. Nous ne voudrions pas participer à cette overdose sans nous engager à filtrer et à vérifier ce que nous vous proposons, en veillant à que tout ça reste dans le domaine et dans les « prérogatives » de notre métier de bibliothécaires.

À tel propos, et à propos de la culture en général dans ce moment si particulier, nous voudrions partager avec vous (même si ça fait une communication de plus…) une réflexion à contre-courant de Thibaud Croisy, metteur en scène à Paris, qui invite les institutions culturelles à prendre du recul …

Ici, à Bib Josse, nous essayons de prendre du recul et nous essayons aussi de « profiter » de ce moment pour réfléchir à nos dynamiques de travail et en général à notre métier par rapport aux (nouvelles) technologies.

En tout cas, nous continuerons à vous proposer, avec parcimonie, ce qui nous semble intéressant. Sur notre Facebook nous proposons des rendez-vous : à 12h des lectures pour les enfants, à 19h des lectures pour les plus grands, et bientôt quelques propositions aussi pour les adultes. Le but étant surtout  de rester en contact avec vous qui êtes nos chères lectrices et nos chers lecteurs ou, dans le jargon professionnel, nos chers usagers (vous nous manquez…).

Ici enfin, donc, les liens vers quelques ressources (pour les adultes et pour les enfants), dont certaines que nos amis et collègues de la Bibliothèque d’Ixelles, ou de Bibliothèques Sans Frontières ont récolté ces derniers jours.

Take care et à bientôt !

Nous racontons des histoires pour les enfants… en ligne

Bonjour à toutes et à tous,
Nous continuons à travailler en interne, en équipe réduite, en alternance de télétravail et dans le respect des consignes de sécurité. Nous enregistrons des capsules vidéo pour essayer de vous proposer chaque jour à 12h des lectures pour les enfants.

https://www.facebook.com/pg/Bib.Josse/posts/?ref=page_internal

Nous pouvons rester ainsi en contact.
Nos rencontres habituelles nous manquent et vous nous manquez aussi !

Take care !! À bientôt

Pour l’instant… des lectures numériques…

Bonjour à toutes et à tous,

Dans ces moments de fermeture de la bibliothèque, nous profitons pour vous rappeler notre service gratuit de livres numériques : Lirtuel (http://www.lirtuel.be/).

Inscrivez-vous sur le site et profitez de ce type de lecture (au moins dans l’attente…).

Voici également une sélection de sites qui proposent des lectures numériques :

http://www.lettresnumeriques.be/2018/03/16/ou-telecharger-un-ebook-gratuit-les-bibliotheques-numeriques-en-ligne/

https://www.bnf.fr/fr/bnf-collection-ebooks

http://www.livrespourtous.com/

Pour les enfants :

http://ebookids.com/fr/livres-enfants/fr-Francais/

https://www.lasouris-web.org/lasouris/livre-numerique.html

https://www.lasourisquiraconte.com/3-les-histoires

https://pasapas.editions-hatier.fr/lecture/

http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/

«Si tu ne sais pas venir aux livres, les livres viendront à toi» (bibliothécaire anonyme…)

Au plaisir de vous revoir le plus vite possible à la bibliothèque !

D’ici là prenez soin de vous.

Cordialement

Bib Josse et Bib Joske ferment au public jusqu’au 3 avril

Bonjour à toutes et à tous,

Comme vous pouvez l’imaginer Bib Josse et Bib Joske doivent fermer au public, et ce jusqu’au 3 avril inclus, suite aux mesures gouvernementales pour lutter contre l’expansion du COVID-19.

Si vous désirez rapporter vos livres, vous pouvez le faire via la boîte aux lettres de la bibliothèque. Mais nous vous encourageons à éviter les déplacements inutiles et à garder les livres chez vous: évidemment aucun retard ne vous sera réclamé pour cette période.

Restons en contact, pour l’instant, via notre Facebook, Instagram ou notre site Internet. Nous vous attendons avec impatience dès que sera possible !!

« Si tu veux aller vite, marche seul. Mais si tu veux aller loin, marchons ensemble » (proverbe africain)

« Saint-Josse à l’heure des questions de genres » : débats, ateliers et expos

Les événements à la Bibliothèque :

Mercredi 4 mars à 14h30 (pour les enfants) : l’heure du conte (aussi) en langue des signes suivie par des ateliers sur les questions de genre.

Mercredi 11 mars à 10h (pour les adultes) : « Théâtrons! », un spectacle théâtral sans frontières autour du bonheur.

Mercredi 11 mars à 14h30 (pour les enfants) : atelier créatif sur les questions de genre.

Jeudi 12 mars 9h30-12h30 (pour les adultes) : ateliers de déconstruction des stéréotypes de genre et présentation de la « Bibliothèque en tous genres ».

Voici le programme complet :

Bib Josse enfin sur Facebook et Instagram

 

facebook-instagram

Bib Josse s’invite sur votre fil d’actu Facebook et Instagram !

Nous partagerons avec vous coups de cœur, événements, animations, moments privilégiés et tellement plus !
Participez avec nous à faire découvrir la bibliothèque en publiant vos livres préférés, vos avis, vos découvertes et aidez nous à nous améliorer avec vos commentaires et vos suggestions!

 

Fin d’année…

Toute L’équipe de Bib Josse vous souhaite d’ores et déjà de très joyeuses fêtes.
Nous en profitons également pour souhaiter la bienvenue à toutes celles et ceux qui ont rejoint notre communauté d’usagers cette année : 1740 nouvelles personnes !

IMG_7450

Voici les jours de fermeture pendant les vacances de fin d’année :

Capture.JPG
Merci encore une fois, bonne année à toutes et à tous, et au plaisir de vous revoir !